Pourquoi mon enfant fait-il le bébé tout à coup ?

Le stress et l'anxiété peuvent se manifester de différentes façons chez les enfants : irritabilité, défiance, accrochage aux parents et recherche d’attention excessive. Mais l'une des réponses les plus courantes au stress et à l’anxiété est la régression.
La régression signifie que l'enfant est incapable de faire face et de s’adapter à une situation comme il le faisait avant, et donc retourne à un stade antérieur de son développement psychique, tellement il se sent dépassé.
Suite à tous les changements que les enfants ont vécu à cause du coronavirus, de nombreux parents remarquent une soudaine résurgence des cauchemars, des crises de colère et la réapparition de l’énurésie nocturne.
Certains enfants s’accrochent à leurs parents même si ces derniers sont toujours présents, d’autres font plus souvent la moue, s’endorment mal, recommencent à sucer leur pouce ou à refaire le bébé quand ils ne peuvent pas avoir ce qu'ils veulent. Les enfants plus âgés et les adolescents peuvent demander plus d'aide que d'habitude pour leurs devoirs. Ils peuvent également être facilement agacés ou s’en prendre aux autres.
Les enfants qui recherchent normalement une certaine prévisibilité et une structure pour se sentir confiants et rassurés, se trouvent soudain dans un monde de plus en plus incertain, et s'en prennent par conséquent à leurs parents, un comportement que l’on peut comprendre mais qui reste assez difficile à gérer.
Que faire alors lorsque vos enfants manifestent des signes de régression ?

  1. Accepter les régressions
    Ces régressions sont un mécanisme de défense de votre enfant pour s’adapter à cette situation assez stressante. Il a besoin de temps pour rebondir. Ainsi, plus vous acceptez cette phase en évitant les reproches et la culpabilisation, moins la situation sera perçue comme stressante pour lui.

  2. Accorder de l’attention positive à votre enfant
    Si par exemple votre petit de 4 ans recommence à faire pipi au lit, encouragez-le et félicitez-le lorsqu’il ne mouille pas son lit. Evitez d’accorder une attention négative et excessive aux comportements régressifs de votre enfant car vous risquez de les renforcer !

  3. Se connecter/Passer plus de temps ensemble
    Passer plus de temps avec vos enfants en étant présents non seulement physiquement mais surtout émotionnellement et en créant des moments privilégiés ensemble. Cela signifie être à l’écoute, encourager les questions, essayer de comprendre ce qui les angoisse et les inquiète et surtout accepter et faire des câlins.
    L'amour, l’attention et la compassion sont ce dont les enfants ont besoin pour se sentir en sécurité, surtout durant cette période difficile et incertaine.

  4. Apporter un soutien supplémentaire et éviter de faire des reproches
    Il peut être tentant de gronder vos enfants quand ils n’agissent pas conformément à leur âge, mais les spécialistes en psychologie d’enfant nous mettent en garde contre cette tentation durant cette période-là. Les reproches ne servent à rien et ne les aideront pas à se comporter comme des grands. Il faudrait reconnaître que la régression est un signe de stress et par conséquent réconforter vos enfants, en étant un peu plus tolérants que d’habitude.
    Par exemple, votre enfant de 6 ans est parfaitement capable de se laver les mains. Mais le stress associé au lavage répétitif des mains peut engendrer une réaction d’opposition et de rejet. Par conséquent, il pleure, boude et se plaint de ne plus vouloir se laver les mains. Dans ce cas-là, la meilleure intervention serait de le réconforter et de valider ses émotions négatives. Lui dire par exemple : « Je comprends que c’est dur pour toi en ce moment, ne t'inquiète pas. Je suis là pour t'aider ». Intervenez, tenez-vous à sa proximité, prenez-vous aussi un savon et ensemble lavez les mains.
    Ne vous inquiétez pas : Il ne s’agit pas de récompenser un comportement inapproprié, mais de comprendre la façon dont votre enfant vous communique son stress lorsqu'il n’arrive pas à l'expliquer par des mots.

  5. Créer une structure
    En cette période imprévisible, les parents devraient s'efforcer de créer une certaine structure pour garder une certaine normalité qui permet de maintenir le rythme ordinaire de la journée. Comme on le répète souvent, la routine (pour les jeux, les devoirs, le sommeil..) et la structure sont réconfortants et apaisants.

  6. Reconnaître les signes
    Les régressions peuvent se manifester de différentes façons et il ne s’agit pas uniquement de faire le bébé ou de pleurnicher.
    Certains enfants, surtout les plus grands, vont extérioriser leur stress en s’en prenant à quelqu’un, en ripostant ou en utilisant des paroles dures. Ainsi, si votre enfant agit agressivement, rappelez-vous que des angoisses et des inquiétudes se cachent sous cette colère. Résistez à l'idée de lui faire des reproches ou de le culpabiliser. Utilisez plutôt l’empathie pour créer une sécurité émotionnelle afin qu'il puisse vous montrer ses sentiments les plus tendres.

  7. Pratiquer une activité physique
    Lorsque les enfants (et les adultes d'ailleurs) sont stressés, il est extrêmement utile de les faire « sortir de leur tête et entrer dans leur corps ». Les mouvements et les activités physiques que l’on pratique procurent un sentiment de bien-être et de légèreté grâce aux endorphines et donc réduisent le stress et l’anxiété.

  8. Rester calme et garder confiance
    Le plus important est de ne pas paniquer. Ce retour en arrière est considéré comme normal lors des situations difficiles. Soyez patients, surmontez-le, et ça passera.
  • Created on .
  • Last updated on .
  • Hits: 1816

© 2020 Lycée Français Jean Mermoz
All Rights Reserved